Actualites

Jeudi 19 Mai - 20h30 : Jeanne au Bûcher d'Arthur HONEGGER

Jeanne au Bûcher d'Arthur HONEGGER
19 Mai 2016
À 20H30 - Conservatoire de Levallois-Perret, Salle Ravel
Organisé par le Grand Choeur Symphonique d'Ile de France

 

JeanneauBucherAffiche2Arthur Honegger (1892-1955) est un compositeur qui a dirigé et enregistré plusieurs disques avec les Chœurs Elisabeth Brasseur.
Il appréciait particulièrement de travailler avec nous, et nous avons réciproquement souvent donné en représentation les grandes œuvres d'A. Honegger :
Jeanne d'Arc au Bûcher, le Roi David, la Danse des Morts, Nicolas de Flue et la Pastorale de Noël.
Ces pièces spectaculaires nous ont également donné la chance de nous produire en compagnie d'orchestres prestigieux tels que l'orchestre national de la Radiodiffusion-Télévision Française, l'orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, l'orchestre Lamoureux, l'orchestre national de Belgique sous la direction d'Arthur Honegger mais aussi de Charles Münch, G. Tzipine...
Jeanne d’Arc au bûcher d’Arthur Honegger est un grand oratorio mystique porté par le la force du texte de Paul Claudel, qui nous fait vivre les derniers instants de la Jeanne. Cette grande fresque épique, et profondément émouvante, rappelle qu'Honegger était également un excellent compositeur de musiques de film – (cf. Napoléon d’Abel Gance). Cette œuvre mêle des passages truculents, humoristiques, avec l'utilisation d'un parler de farce populaire, et des moments bouleversants où l'on ressent l’angoisse de Jeanne au moment de son exécution.
Elsa Zilberstein nous accompagnera en tenant le rôle de Jeanne, prépondérant dans ce chef d'œuvre.


Réservations sur
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..


 

13 & 15 Décembre - 20h30 : Le Messie de HAENDEL

Le Messie de HAENDEL
13 & 15 Décembre 2016
Église Saint Etienne du Mont - Paris Vème
20h30
Organisé par les Chœurs Elisabeth Brasseur, accompagnés de l'orchestre Baroque Opalescences

 

MessieSoprano - Saskia Salembier
Contre-ténor (alto) - Cécil Gallois
Ténor - Xavier Mauconduit
Basse - Olivier Dejean

Direction - Antoine Sébillote

 

Réservez & Achetez vos billets en ligne sur notre e-Billetterie !

 

 

Dès l’âge de 12 ans, Haendel manifeste sa vocation musicale et devient l’élève favori de l’organiste Zachow auprès duquel il acquiert une formation musicale poussée. Il pratique avec aisance le clavecin, l’orgue, le violon, le hautbois et peut-être même le violoncelle.
À 17 ans il commence sa carrière de compositeur prolixe à la cathédrale de Halle. Avec le temps ce sont des opéras qu’il produit, d’abord en Italie. Puis il exerce successivement à Hanovre et en Angleterre où il est soutenu par les souverains d’alors.
En même temps qu’il compose, il dirige des théâtres, dont la première Royal Academy of Music en 1720 et recrute les solistes de ses opéras. Mais les affrontements incessants qu’il rencontre comme directeur de théâtre et imprésario ainsi que son travail de chef d’orchestre et de compositeur l’épuisent. « Il ne pouvait ni marcher, ni écrire, ni faire résonner la moindre touche avec sa main droite. Il ne pouvait plus parler » écrit Stefan Zweig. Cependant Haendel est un colosse, une vraie force de la nature. Aussi se remet-il sur pied au bout de six mois aux eaux d’Aix-la-Chapelle. De retour en Angleterre, l’hostilité du public anglais aux opéras de style italien, ainsi que le coût des productions qui conduisent à la ruine de son théâtre, lui font abandonner la composition des opéras en 1741. Il traverse alors une période de désespoir, vainement apaisé par l’alcool, qui paralyse sa créativité.
C’est le 21 août, au retour d’une errance nocturne dans les rues de Londres, qu’il trouve la proposition de son ami poète Charles Jennens. Ce dernier lui demande d’écrire un oratorio à partir du livret qu’il a déposé. D’abord indifférent à la lecture du texte, il se laisse emporter par la ferveur des mots inspirés de la Bible. Un mois plus tard, il a retrouvé sa force créatrice et compose avec exaltation Le Messie, Un oratorio pour le temps de Pâques, en 21 jours et nuits.
L’œuvre est donnée pour la première fois devant 700 spectateurs, le 13 avril 1742 au Temple Bar de Dublin au profit de trois institutions de charité. C’est un triomphe.
Cette œuvre magistrale, qui, pour longtemps, a désigné la musique de Haendel, lui vaudra l’admiration de Mozart et de Beethoven. Elle intègre les formes musicales, que le musicien a retiré de ses contacts et de ses voyages et les restitue dans une magnifique simplicité et un équilibre de chaque pièce (sens du contrepoint, sensibilité pour les couleurs et les sonorités, audaces rythmiques, élégance et ingéniosité, génie de la mélodie, etc.).
Haendel la dirigera 36 fois au cours de sa vie, au profit de « charities » et régulièrement pour le Foundling Hospital, tout en la modifiant en fonction de son public.

De nos jours, Le Messie est régulièrement interprété à Noël de par le monde.

 

Mireille Grizzo

 


Réservez et achetez vos places en ligne, grâce à notre e-Billetterie !


 

AfficheMendelssohnMadeleine17052009

Mendelssoh Brahms
Eglise de la Madeleine
17 Mai 2009